Suivi

Une fois votre traitement terminé, votre équipe soignante devra vous suivre pour s’assurer que le cancer ne réapparaît pas ou, s’il réapparaît, le détecter rapidement pour qu’un nouveau traitement commence le plus tôt possible. Le bureau de votre médecin ou l’hôpital sera certainement le dernier endroit que vous voudrez visiter après votre traitement. Et certains des examens sont désagréables. Mais le suivi est très important. Considérez le suivi comme une occasion de confirmer que vous allez bien.

Les examens de suivi sont les examens couramment utilisés pour dépister et diagnostiquer le cancer colorectal.

Qu’il s’agisse d’une opération seulement ou d’un traitement d’association, vous devrez rester en contact avec votre médecin pour qu’il puisse détecter rapidement une {tooltip}rechute,{end-link}Réapparition d’une maladie après sa rémission.{end-tooltip} le cas échéant. Une discussion de tous les changements de votre état de santé avec votre équipe soignante est un élément important de votre suivi. Quand le cancer colorectal réapparaît, c’est habituellement moins de 5 ans (le plus souvent moins de 3 ans) après la fin du traitement. Pour que votre état de santé soit surveillé, vous verrez probablement votre médecin tous les 3 à 6 mois pour un examen physique. Votre médecin vous posera des questions sur votre état de santé, vous examinera en cherchant le moindre signe inhabituel (comme une augmentation de volume du foie), procédera à un toucher rectal et demandera des analyses de sang. Demandez à votre médecin à quelle fréquence il doit vous voir.

Selon des lignes directrices nord-américaines respectées, une {tooltip}coloscopie{end-link}Examen visuel de l’intérieur du côlon au moyen d’un fibroscope.{end-tooltip} est recommandée dans l’année suivant la fin du traitement principal pour chercher de nouveaux {tooltip}polypes{end-link}Tumeur bénigne trouvée sur le revêtement interne de l’intestin.{end-tooltip}. Votre oncologue suit peut-être un protocole différent. Si la coloscopie ne révèle rien, il est recommandé de la répéter tous les 3 à 5 ans pour rechercher des polypes ou tout autre signe de rechute. On peut aussi demander un dosage de {tooltip}CEA{end-link}(Antigène carcino-embryonnaire) Protéine trouvée dans le sang. Un taux élevé de cet antigène peut signifier la présence d’un cancer colorectal, mais d’autres maladies et le tabagisme peuvent aussi augmenter ce taux.{end-tooltip}, surtout si votre cancer était au stade II ou III. Un taux élevé de CEA peut traduire le retour du cancer et nécessite d’autres examens. Notez bien qu’il faut interpréter avec prudence le taux de CEA, car son élévation peut être due à différentes causes.

Un suivi par imagerie ({tooltip}échographie{end-link}Méthode diagnostique qui repose sur l’utilisation d’ultrasons pour détecter des structures corporelles anormales. Les ultrasons sont reflétés par les organes internes; un ordinateur enregistre leurs réflexions (échos), traite l’information et produit une image détaillée de la région examinée.{end-tooltip} ou {tooltip}tomodensitométrie{end-link}Méthode d’examen radiographique qui donne des images en trois dimensions de structures du corps humain. Elle est très efficace pour confirmer la présence d’un cancer dans le foie, les poumons, le cerveau, les os ou d’autres parties du corps humain.{end-tooltip}) de votre foie peut également être demandé par votre médecin. 

 

Retour en haut

Saviez-vous que?

La planification des traitements de radiothérapie est un long processus individualisé à chaque patient et nécessitant plusieurs étapes. Ainsi, 3 à 4 semaines de délais entre la première rencontre avec votre radio-oncologue et le début du traitement de radiothérapie sont souvent nécessaires.

Informations et Soutien

information_soutien