Maladie localisée

Une maladie localisée est une tumeur neuroendocrine (TNE) qui ne gayporno
amature milf
s'est pas répandue au-delà de son site d'origine (stades I à III).

La chirurgie est le traitement définitif des tumeurs neuroendocrines localisées. Le type et l'étendue de la chirurgie dépend du site de la tumeur et de la présence ou non de maladie dans les ganglions lymphatiquesPetits renflements situés sur le trajet des vaisseaux lymphatiques, qui filtrent la lymphe pour en enlever les impuretés. à proximité.

Nous décrivons ici brièvement les chirurgies possibles en fonction de l'endroit où se trouve la tumeur dans le tube digestif. Quel que soit le type de tumeur neuroendocrine que vous avez, si une chirurgie est effectuée, il est possible que le chirurgien vous retire en même temps la vésicule biliaire. En effet, certains traitement donnés dans le cadre de TNE peuvent affecter la vésicule biliaireOrgane en forme de poire qui emmagasine la bile jusqu'à ce que le corps l'utilise pour faciliter la digestion. et il pourrait être nécessaire de la retirer préventivement.

Estomac

Chirurgie traditionnelle

Dans la majorité des cas de tumeurs neuroendocrines de l'estomacOrgane en forme de poche qui reçoit les aliments en provenance de l'oesophage. Il tient un rôle majeur dans la digestion des aliments en les broyant à l’aide de sucs gastriques., il faudra faire une chirurgie traditionnelle. L'ablation de l'estomac s'appelle une gastrectomie. On parle de gastrectomie partielle lorsqu'une seule partie de l'estomac est enlevée, et de gastrectomie totale lorsque tout l'estomac est enlevé.

Les tumeurs situées dans la dernière partie de l'estomac (corps et antre) peuvent être traitées avec une gastrectomie partielle. Les tumeurs plus hautes requièrent une gastrectomie totale. Lors de la chirurgie, les ganglions lymphatiques correspondants à la partie d'estomac où se trouve la tumeur sont aussi excisésEnlevés.

Après avoir procédé à la gastrectomie, votre chirurgien devra reconstruire cette partie du tube digestif. Pour une gastrectomie partielle, l'intestin grêle sera connecté à la partie restante de l'estomac. Pour une gastrectomie totale, l'intestin grêlePartie de l'appareil digestif située entre l'estomac et le gros intestin (côlon), qui comprend 3 segments : le duodénum, le jéjunum et l'iléon. sera connecté à l'œsophageSegment du tube digestif qui relie le pharynx à l'estomac. dans le haut de l'abdomenRégion du corps humain située entre la poitrine et les hanches. Elle contient l’estomac, l’intestin grêle, le gros intestin, le foie, la rate et plusieurs autres organes.. Cette connexion entre deux morceaux du tube digestif s'appelle anastomose.

Chirurgie endoscopique

Dans quelques rares cas, une tumeur de l'estomac peut être entièrement retirée par une procédure endoscopique (très petite tumeur sans ganglion lymphatique malade). Selon l'analyse de la tumeur qui suivra en pathologie, une chirurgie traditionnelle complémentaire peut être nécessaire par la suite.

Répercussions de la gastrectomie

L'ablation d'une partie ou de la totalité de l'estomac modifie la manière de se nourrir après la chirurgie. Selon le type de chirurgie qui devra être pratiquée, votre chirurgien pourra vous expliquer à quoi vous attendre. Vous devrez adapter votre alimentation, et il est possible que vous ayez à prendre des suppléments de vitamines. Avant et après l'opération, vous pourrez rencontrer une nutritionniste pour vous aider à vous adapter à ce changement.

gastrectomie

gastrectomie2

Retour en haut

Intestin grêle

Chirurgie

Pour décrire l'ablation d'une partie de l'intestin grêle, on parle de résection intestinale. La portion de l'intestin où se situe la tumeur est enlevée, avec une marge de sécurité de chaque côté pour s'assurer qu'on ne laisse aucune cellule cancéreuse en place. Les ganglions lymphatiques correspondants à cette portion de l'intestin sont aussi excisés. Après section et excision de l'intestin, les morceaux d'intestins restants sont reconnectés entre eux pour reconstruire le tube digestif (anastomose).

Dans plus d'un cas sur trois, une deuxième tumeur neuroendocrine de l'intestin grêle est présente. Elle sera recherchée par votre chirurgien lors de l'opération. Comme ces tumeurs sont très petites, il est possible qu'elle ne puisse pas être identifiée par les examens pré-opératoires. Si une deuxième tumeur est trouvée, une deuxième résection de l'intestin pourra être pratiquée lors de la même intervention.

Les tumeurs du duodénum posent un problème plus particulier. Puisque le duodénum est situé très près du pancréasOrgane situé dans l'abdomen qui joue un rôle à la fois dans la digestion des aliments et dans le maintien du taux de sucre dans le sang. et des canaux biliairesConduits collectant la bile synthétisée dans le foie jusqu'à son écoulement dans le duodénum., il peut être impossible de l'exciser seul. Cette chirurgie est plus complexe. Si cela est votre situation, nous vous invitons à demander plus d'explications à votre chirurgien.

Répercussions de la chirurgie

Les répercussions varient selon la localisation et la longueur de la portion d'intestin sectionnée. En général, on peut réséquerEnlever une bonne longueur d'intestin sans problème. Toutefois, si plusieurs mètres d'intestin doivent être enlevés, cela peut modifier la digestion. Il est alors possible d'avoir à prendre des suppléments de vitamines ou à adapter son alimentation.

Appendice

La majorité des tumeurs neuroendocrines de l'appendiceExcroissance du gros intestin qui se situe à l'extrémité droite du côlon. sont découvertes par hasard, après une chirurgie réalisée en urgence pour appendicite. L'étendue de la chirurgie dépend de la taille de la tumeur.

Les petites tumeurs à faible risque sont traitées uniquement par l'ablation de l'appendice, appelée appendicectomie. Si vous avez été opéré pour une appendicite, et qu'une tumeur neuroendocrine à faible risque a été trouvée après la chirurgie, il n'est souvent pas nécessaire de procéder à une autre opération.

Les plus grosses tumeurs à haut risque demandent l'ablation de la portion droite du côlonTube musculaire d’environ 150 cm (5 pieds) de long, qui fait partie du gros intestin et qui relie l’intestin grêle au rectum. C’est dans le côlon que l’eau est extraite des résidus de la digestion avant leur évacuation., appelée colectomie ou hémicolectomie droite. Cela permet d'exciserEnlever tous les ganglions lymphatiques correspondants, pour s'assurer de ne laisser aucune cellule cancéreuse en place. Si vous avez été opéré pour une appendicite, et qu'une tumeur neuroendocrine à haut risque a été trouvée après la chirurgie, il faudra faire une autre opération pour compléter la chirurgie.

Côlon

Les tumeurs neuroendocrines du côlon nécessitent l'ablation d'une partie du côlon, appelée colectomie partielle ou hémicolectomie. Après la résection, les deux pièces qui restent sont connectées ensemble, c'est ce qu'on appelle l'anastomose.

Vous aurez peut-être besoin d'une colostomie. C'est la création d'une ouverture, appelée stomie, au niveau de la peau de l'abdomen pour permettre l'évacuation des selles. Un sac est attaché à la stomie pour recueillir les selles. Une colostomie est effectuée plus souvent pour le cancer du rectum, mais elle peut s'avérer nécessaire dans certains cas de cancer du côlon surtout si la chirurgie est effectuée en urgence. Si vous avez besoin d'une colostomie, votre équipe soignante vous montrera comment prendre soin de votre stomie. Selon la raison ayant nécessité la réalisation de la stomie, elle pourra être temporaire ou permanente.

colectomie

 

Rectum

Le type de chirurgie dépend de la taille de la tumeur et de la présence de ganglions lymphatiques malades.

Les petites tumeurs peuvent être excisées par l'intérieur du rectum à travers l'anus. Le rectum n'est alors pas enlevé complètement. Pour être traitées ainsi, les tumeurs doivent correspondre à des critères très précis. Il faut aussi pouvoir les atteindre à travers l'anus pour procéder à la chirurgie.

Les tumeurs plus grosses ou avec des ganglions lymphatiques malades sont traitées par l'ablation du rectum. La situation est plus complexe que pour une tumeur du côlon. Le rectum est entouré de plusieurs organes importants (vessie, utérus, ovaires, vagin et prostate). Les muscles qui entourent le rectum contrôlent l'évacuation des selles (continence), et peuvent parfois être envahis par la tumeur. Le chirurgien doit alors considérer d'une part l'ablation du rectum pour la meilleure chance de guérison du cancer, et le maintien du fonctionnement des autres organes.

On cherche à enlever toute la tumeur et les ganglions lymphatiques correspondants. Dans la majorité des cas, une fois le rectum sectionné et excisé, le côlon sera connecté sur le rectum restant ou l'anus pour reconstruire le tube digestif. Le patient aura alors une iléostomie temporaire, le temps de permettre la meilleure guérison de la connexion. Celle-ci sera refermée après 3 à 6 mois. Si la tumeur est trop proche de l'anus, alors le patient pourra avoir une colostomie permanente, après que l'orifice anal ait été enlevé avec le rectum.

Suites de la chirurgie

Hospitalisation

Dépendamment du type de chirurgie, en l'absence de complication, vous resterez probablement à l'hôpital entre 4 et 10 jours, et votre période de récupération s'étendra sur 4 à 6 semaines. Ces durées sont des moyennes générales. Ce qui vous arrivera dépendra de votre état général, de la taille du cancer, de sa localisation dans le côlon ou ailleurs, et d'autres facteurs. Demandez à votre chirurgien ce à quoi vous pouvez vous attendre.

Analyse de la tumeur

Un pathologiste examinera le tissu enlevé lors de la chirurgie pour s'assurer que tout le cancer a été éliminé. Vous entendrez peut-être le mot « marge ». C'est la largeur de tissu sain enlevé autour du cancer. Une marge saine indique habituellement que le cancer a été entièrement enlevé du côlon. S'il y a des cellules cancéreuses dans la marge, une autre opération sera peut-être nécessaire.

Maladie avancée 

Après le diagnostic et l'évaluation initiaux, il est possible que la tumeur ne soit pas résécable. Cela signifie qu'elle ne peut pas être entièrement retirée par chirurgie de manière sécuritaire. Cette situation peut survenir même quand il n'y a pas de métastasesFoyer de cellules cancéreuses qui s’est formé quand des cellules de la tumeur cancéreuse initiale se sont propagées par la circulation sanguine ou lymphatique., par exemple quand des organes majeurs sont envahis par la tumeur. La maladie est alors avancée. S'il y a des métastases (stade IV), la maladie est aussi considérée comme avancée.

Une maladie avancée ne signifie pas que la chirurgie ne peut pas vous aider. Dans le traitement des tumeurs neuroendocrines, la chirurgie demeure importante même s'il la lésion ne peut pas être entièrement enlevée, ou s'il y a des métastases.

Dans certains cas, il est possible d'enlever des métastases au foie, dans le but de guérir la tumeur. Il faut alors pouvoir enlever l'ensemble des métastases et toute la tumeur du tube digestif.

Parfois il n'est pas possible d'enlever complètement la tumeur du tube digestif ou les métastases. Si les symptômes occasionnés par la tumeur ou les métastases sont importants et qu'ils ne peuvent pas être contrôlés avec les médicaments disponibles, une chirurgie peut aider. Même sans enlever toute la maladie, la résection de la tumeur et des métastases peut traiter les symptômes et ralentir la progression de la tumeur.

resection

Ces chirurgies sont plus complexes et nécessiteront peut-être le transfert de votre dossier dans un centre spécialisé.

Retour en haut

 

Saviez-vous que?

Une fois excisées, on peut reconnaître les tumeurs neuroendocrines par la couleur jaune caractéristique de l'intérieur de la tumeur.

Informations et Soutien

information_soutien